Un forum pour parler des chevaux appaloosa et des autres...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ACARIENS ET ALLERGIES RESPIRATOIRES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
oskarnika
Grand tachu
Grand tachu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 432
Age : 74
Localisation : Saumur
Date d'inscription : 11/08/2011

MessageSujet: ACARIENS ET ALLERGIES RESPIRATOIRES   Sam 2 Mai - 9:36






ACARIENS ET ALLERGIES RESPIRATOIRES.




Cliché M.D.S.r.l.


LES ACARIENS.


Avant la mise au point du microscope de laboratoire par le physicien Néerlandais Christiaan Huyghens à la fin du XVIIe siècle, l'acarien était considéré par les scientifiques de l'époque comme la plus petite créature terrestre connue; dans ses "Pensées" rédigées en 1669, Blaise Pascal y établit la thèse de "l'infiniment petit versus l'infiniment grand" de l’Univers.

Les acariens, appartiennent à la Classe des Arachnideæ, ce sont des arthropodes de la sous-classe des Acari, ils se divisent en cinq familles, dix-huit genres et environ cinquante mille espèces.

Ils figurent dans la même classe entomologique que les araignées, les scorpions, les sarcoptes et chorioptes de la gale, les tiques, etc...

Leur minuscule taille, d'une moyenne de 0,10 mm environ les rendent invisibles à l’œil nu, ils prolifèrent dans les atmosphères tièdes et humides et les endroits sombres et confinés, leur durée de vie est environ de trois à cinq mois et ils sont généralement absents au-dessus de 1000 à 1500 mètres d'altitude.



UTILITÉ ET RÔLE PATHOGÈNE ALLERGISANT DES ACARIENS



Ils sont de taille microscopique et nous ne les voyons pas, pourtant, de la cave au grenier, les acariens sont partout dans notre environnement domestique; ils colonisent également les milieux naturels depuis l'origine du monde.

Certains sont des parasites nuisibles à la culture, d'autres peuvent se révéler être des alliés précieux..., ou les deux en même temps.

• Ils font partie de la micro-faune qui colonise la terre (collemboles, myriapodes, larves de diptères, etc...) très utiles à l'assainissement des sols.

• Un des plus ancien usage connu des acariens date du Moyen-Age, en Auvergne, où les moines mettaient à profit les Cirons "Acarus Siro" dans l'élaboration de leurs fromages (les acariens présents sur la croûte favorisent l’affinage); cette tradition perdure encore dans la région du Puy en Velay pour la fabrication de la Tomme fermière ainsi que dans le nord de la France pour la Mimolette fermière affinée; ces acariens "fromagers" sont nommés traditionnellement "Artisous" ou "Artisons" selon la région.

• Dans le dessein d'améliorer les procédés de lutte biologique contre certains parasites sévissant dans les cultures, et dans un souci d'éviter au maximum les produits chimiques phytosanitaires, l'Institut National de la Recherche Agronomique étudie l'emploi des macro-organismes auxiliaires dont certains acariens font partie.

A cet effet ils utilisent, sur les cultures sous serres, des acariens bio-agresseurs "non végétariens" à cibles sélectives qui s'attaquent aux parasites "végétariens" en fonction de leur affinité alimentaire naturelle.

• En médecine légale, certains acariens (Tyrophagus spp, Glycyphagus spp, Acarus Siro, etc...) servent de marqueurs temporels dans la détermination de la date du décès, l'efficacité de cette méthode a été démontrée par Mathieu Orfila en 1820; elle est encore en vigueur aujourd'hui.

Ces acariens interviennent en tout dernier lieu dans la dégradation d'un corps, ce sont les derniers à réduire les stigmates desséchés et saponifiés des muscles et des tendons en poussière.

Agissant au tout début de la troisième année après le décès, ils représentent une aide quasi immuable et fiable dans les investigations médico-légales.    

Hormis ces "bons services" ils peuvent représenter un potentiel non négligeables dans les pathologies à étiologie allergique dans les conditions particulières que nous allons étudier.

  A l'exemple de nombreux éléments qui entourent les hommes et les animaux, les acariens peuvent se révéler allergisants chez certains sujets et totalement inopérants chez les autres.



CONDITIONS FAVORABLES AU DÉVELOPPEMENT DES ACARIENS.



Les facteurs vitaux essentiels à leur habitat sont : les endroits peu éclairés, humides, poussiéreux, mal aérés et propices aux moisissures.

Une humidité de l'ordre de 70 à 80% est un facteur essentiel nécessaire au développement des acariens, viennent ensuite une température située entre 25 et 28°C, une atmosphère relativement confinée par défaut de ventilation et un éclairage faible ou inexistant.

Un taux d'humidité moindre, une température plus basse, un milieu aéré et éclairé peuvent contribuer à abréger notoirement leur cycle de vie.

Les acariens vivent au sein de colonies de plusieurs milliers d’individus, il passent la plus grande partie de leur vie à se nourrir; ils pondent des œufs et se développent par mutations successives; ainsi, dans certaines espèces, trois mues sont nécessaires pour arriver à l'age adulte.

Leur nourriture préférentielle est constituée de produits de desquamation d’origine animale, de débris poussiéreux de grains et de fourrages, de moisissures mais aussi de leur propres déjections et de cadavres d'autres acariens et insectes.



POTENTIEL ALLERGISANT DES DÉJECTIONS D'ACARIENS



Les déjections des acariens sont des agents essentiels dans le développement des pathologies respiratoires chez le cheval, celles-ci sont (en moyenne et à un taux d'humidité d'environ 70%) expulsées jusqu’à vingt fois par jour, elles représentent, durant la vie d'un seul l’acarien, environ deux cent fois son poids.,

A un taux d'humidité supérieur avoisinant les 80% d'hygrométrie, les acariens mangent cinq fois plus et produisent cinq fois plus de déjections à potentiel allergisant.

Les excrétions des acariens gonflant et se délitant au contact de l'eau, le fait de mouiller les fourrages n'améliore en rien la situation, il potentialise au contraire l'exposition des agents allergisants au conflit immunitaire.



LES PRINCIPAUX ACARIENS RESPONSABLES D'ALLERGIES RESPIRATOIRES.



En médecine allergologique humaine, et dans la discipline respiratoire, vingt-deux groupes d'allergènes issus de divers acariens ont été identifiés.

Concernant le cheval, compte tenu de son régime alimentaire et de son mode de vie bien moins diversifiés, le nombre de groupes se réduit à trois et compte cinq espèces d'acariens notoirement allergisants.

IMPORTANT : La liste qui suit ne peut, en aucun cas, être réputée exhaustive du fait du croisement des allergènes et des mutations pouvant intervenir au sein même de la réponse du système immunologique inhérente à chaque individu; ainsi d'autres acariens peuvent être positifs à l'examen sérologique.

• GROUPE 1 : Les acariens d'habitat ou acariens Pyroglyphidæ :

Généralement les espèces Dermatophagoïdes Pteronyssinus (Derp 1), Dermatophagoïdes Farinae (Derf 1).

On les retrouve dans les locaux destinés à abriter les chevaux, ils peuvent coloniser le sol, le plafond, le haut des murs et prolifèrent si ces milieux sont sombres, humides et mal aérés.

• GROUPE 2 : Les acariens de stockage ou acariens Glycyphagidæ :

Généralement les espèces Lepidoglyphus Destructor (Lepd 2), Glycyphagus Domesticus (Glyd 2), Thyrophagus Putrescentiae (Tyrp 2).

Ils se retrouvent dans la poussière des lieux de type grange et entrepôts où sont stockés du foin, de la paille, des grains, des farines et des granulés; ils prolifèrent si ces milieux sont sombres, humides et mal aérés.



FACTEURS ALLERGISANTS DES ACARIENS



Les allergènes d’acariens sont présents dans leurs déjections, ce sont soit des enzymes, soit des protéines de liaison (Ligands), soit des protéines plus complexes de fonction inconnue à ce jour et en cours d'identification.

Les groupes 1 et 2 ont une homologie de séquence en acides aminés de 85 % et sont des allergènes majoritairement allergisants présentant un polymorphisme élevé favorisant ainsi leur liaison avec les immunoglobulines E (IgE).



COMMENT ÉVITER AU MIEUX LES ACARIENS



Comme nous l'avons vu, les acariens affectionnent particulièrement les endroits sombres (à l'abri des UV directs), peu aérés et, dans certains cas, relativement humides.

Observant ces conditions de vie, les acariens de stockage sont le plus souvent présents dans la partie basse des bottes de foin ou de paille (à ras le sol ou sous les palettes) et colonisent peu à peu les parties supérieures, il en est de même pour les grains ou les granulés; les fourrages, grains et granulés poussiéreux sont souvent colonisés et inhalés durant leur consommation.

Les acariens domestiques colonisent les plafonds et les murs des boxes, se nourrissent d'insectes morts, de squames de chevaux etc..., ils tombent en permanence sur les chevaux et sont inhalés avec leurs déjections qui sont les agents allergisants essentiels.

Dans les deux cas, il est impératif de procéder à un nettoyage complet et à une aération efficace des locaux, ceci un jour de beau temps, après avoir sorti les chevaux.

Après avoir soigneusement évacué et brulé les poussières diverses, les fourrages et grains poussiéreux et moisis, on procède à une désinfection des locaux par pulvérisation.

La désinfection peut s'effectuer à l'aide  d'un biocide quelconque (butoxyde de Pipéronyle, Permethrine, Eyréthrinoïde (Éthofenprox), etc... *) en suivant scrupuleusement les instructions du fabricant.

Après avoir tenu clos les locaux durant quatre à six heures afin de réduire les déperditions moléculaires, on doit aérer au maximum et attendre six heures au minimum avant de rentrer les fourrages et les chevaux.

* N.B : Pour des raisons de sécurité sanitaires, il est prudent d'utiliser des produits achetés chez des distributeurs informés de ce qu'ils vendent et aptes à vous conseiller en la matière.


______________


Voici une vidéo montrant des acariens vivants sous l'objectif du microscope :


© Viktor Fursov Ukraine.

https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=d0CcERpbcqs



© 2015


Dernière édition par oskarnika le Sam 2 Mai - 10:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tachunko
Modérateurs
Modérateurs
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19850
Age : 46
Localisation : Haute Saône
Date d'inscription : 21/03/2009

MessageSujet: Re: ACARIENS ET ALLERGIES RESPIRATOIRES   Sam 2 Mai - 10:02

C'est beurk...
Merci pour toutes ces informations au sujet des acariens que tout le monde connait certes mais dont peu connaissent -moi la 1ère- leur mode de vie, ce qui les rends allergènes et comment les "combattre", c'est vraiment très intéressant et je suis rassurée de faire vivre mes chevaux en extérieur à l'année Very Happy

_________________

"Dans la vie d'un indien, il n'y a pas de mauvais jour. Même si les temps sont durs, chaque jour est bon. Comme tu es en vie, chaque jour est bon" Old Coyote
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cawhuete
Tachu suprême
Tachu suprême
avatar

Féminin
Nombre de messages : 18102
Age : 47
Localisation : Monneren, en Moselle... un coin perdu
Date d'inscription : 26/03/2010

MessageSujet: Re: ACARIENS ET ALLERGIES RESPIRATOIRES   Sam 2 Mai - 17:01

Je m'endormirai encore moins bête, ce soir, grâce à toi, Oskarnika!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ACARIENS ET ALLERGIES RESPIRATOIRES   

Revenir en haut Aller en bas
 
ACARIENS ET ALLERGIES RESPIRATOIRES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ACARIENS ET ALLERGIES RESPIRATOIRES
» Allergies respiratoires
» Protection des yeux contre les poussières, pollen, froid, etc. (allergies)
» gratouilles fanons, traitement contre les acariens?
» Toux... Allergies... Essai de traitement aux EMA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHEVAL APPALOOSA :: SANTE :: Maladie-
Sauter vers: